TIFU en portant une jolie robe d’été pour l’anniversaire de mon mari

Cela s’est passé jeudi.

J’ai mis cette robe d’été mignonne et confortable pour sortir manger avec mon mari. C’est le genre qui est smocké en haut, donc je ne portais pas de soutien-gorge, juste ma culotte sous cette longue robe. Très mignonne. Quoi qu’il en soit, nous sortons pour aller dans la voiture et nous voyons les voisins tondre leur jardin, nous nous arrêtons pour parler quelques minutes entre nos allées.

Le bavardage se transforme en une conversation plus sérieuse sur notre clôture commune, et avant que je ne m’en rende compte, 30 minutes s’était écoulée. Après ça, nous sommes partis profiter du reste de notre soirée, inconscients des dégâts.

A 6h du matin le lendemain matin je me réveille. L’arrière de mes jambes brûle comme du feu. Toujours dans le brouillard du réveil, je vais aux toilettes pour découvrir qu’une zone de la taille d’une balle de softball à l’arrière de mes genoux est totalement dévorée par des piqûres d’insectes. Je commence à sortir la cortisone et le benadryl de l’armoire à pharmacie et j’attaque les zones du mieux que je peux. Je commence à remonter mes cuisses, où je découvre que l’intérieur de mes cuisses près de mon entrejambe est également complètement recouvert de piqûres. À ce stade, je commence à devenir nerveuse et je soulève mon t-shirt, ce qui révèle que mon ventre, les côtés et le bas du dos complètement dévastés par les morsures. Je commence à crier des jurons en réalisant l’étendue des dégâts.

Ça s’empire.

J’ai finalement eu le courage de baisser ma culotte… et comme vous pouvez probablement l’imaginer, chaque centimètre carré de mon entrejambe est couvert de putains de piqûres d’aoûtat. Je parle du pubis, de la vulve, de ma raie, du pli où les cuisses se rejoignent, le tout. J’ai envie de mourir et je me mets à pleurer.

À ce moment-là, mon mari qui s’est réveillé, vient à la porte de la salle de bain. Je crie « REGARDE C’EST PARTOUT », on se déshabille pour voir l’étendue des dégâts. J’en ai aussi à l’intérieur de mon nombril, sur mes aisselles, sur mon cou et sur mes seins. Nous le regardons ensuite et bien sûr, il les a également sur ses jambes. Pas autant que moi puisque ses vêtements les empêchaient de monter plus loin. Malheureusement pour moi, la robe d’été n’offrait aucune protection.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.