Hadj Mohammed Mesfewi

C’était un cordonnier qui vivait au Maroc à la fin du 19e et au début du 20e siècle. Lui et sa complice, une femme de 70 ans appelée Annah, avaient l’habitude de droguer et de tuer les jeunes femmes qui venaient au magasin. Finalement, l’un des parents des victimes a retracé ses déplacements jusqu’au magasin, et après la découverte des restes de 36 cadavres mutilés à proximité, Mesfewi et Annah ont été interrogés et torturés.

Annah n’a pas survécu, mais Mesfewi a avoué les avoir assassinés, généralement pour une petite somme d’argent. Sa peine initiale était la crucifixion, une punition très inhabituelle même à l’époque. Cependant, il y avait de nombreuses protestations de puissantes ambassades étrangères, et le Maroc ne pouvait pas faire grand-chose contre elles. Au lieu de cela, il a été condamné à la décapitation, une peine plus courante. Cependant, l’ambiance à Marrakech était que c’était beaucoup trop indulgent, alors ils ont opté pour l’emmurement vivant.

Une cellule spéciale a été construite dans le mur du bazar, d’environ 2 X 2 X 6 pieds. Des chaînes étaient attachées à un mur pour s’assurer qu’il resterait debout. Mesfewi n’a été informé de son sort que le matin de son exécution, lorsqu’il a été conduit, hurlant, enchaîné et lentement muré à l’intérieur. Une fois le dernier bloc posé, la foule se tut jusqu’à ce qu’il se mette à crier, là la foule applaudit. Il a crié presque constamment pendant deux jours. Le troisième jour, il se tut.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.